Plan d'éradication de l'IBR

Accueil » Actions » Plan d'éradication de l'IBR

La France s’est engagée dans un programme d’éradication de la maladie IBR. L’arrêté ministériel du 31 mai 2016 fixe des mesures de prophylaxie collective de l’IBR, renforce la surveillance des cheptels à risque et la limitation de circulation des animaux infectés.

Il n’est plus question d’engagement volontaire dans le Schéma Territorial de Certification départementale. L’ACERSA est quant à elle, remplacée par l’Association Française Sanitaire et Environnementale (AFSE).

Le maître d’œuvre désigné du dispositif IBR est l’Organisme à Vocation Sanitaire. C’est donc le GDS qui est en charge des modalités d’obtention des statuts des troupeaux en matière d’IBR, et de leur maintien.

   

Cette action bénéficie du financement de la région Bourgogne Franche-Comté.    

Qualification de tous les élevages

Tous les élevages se voient obligatoirement attribués l'un de ces quatre statuts :

  • Indemne ;
  • En cours de qualification (ECQ = troupeau ne détenant pas d’animaux positifs ou vaccinés mais pour lequel il manque un ou plusieurs examens qualifiants) ;
  • En cours d’assainissement (ECA = troupeau détenant des animaux positifs ou vaccinés) ;
  • Non conforme (le statut précédent est retiré pour cause de non mise en œuvre des mesures de gestion).

 

Le GDS conduit une expertise sur la base de la situation sanitaire de l’élevage (résultats d’analyses en lien avec la prophylaxie annuelle ou le contrôle à l’introduction et l’origine des animaux …) :

 Données janvier 2018, en pourcentage d'élevages :

 

Doubs

Jura

Haute-Saône

Territoire de Belfort

Taux de cheptels indemnes

98 %

93 %

88 %

96 %

Taux de cheptels infectés

0,2 %

1,1 %

1,3 %

0 %

    

Le maintien du statut attribué à l’élevage est garanti par les mesures concernant la prophylaxie annuelle obligatoire et celles concernant l’introduction d’un bovin, dont le GDS est également le gestionnaire délégué.

Gestion obligatoire des résultats défavorables

Quelque soit la qualification de l’élevage, tout résultat non négatif doit faire l’objet d’une gestion : sortie de l’animal (transport direct et sécurisé vers l’abattoir) ou vaccination.

   

En dehors des élevages infectés, la vaccination n’est pas conseillée par le GDS puisqu’elle va à l’encontre de l’objectif du programme. Il faut noter qu’un élevage qui vaccine acquiert automatiquement le statut « En cours d’assainissement » et que les conditions de sortie des animaux sont restrictives (voir à la suite).

Restriction de circulation des animaux positifs ou vaccinés

Les animaux positifs ou vaccinés ne peuvent quitter un élevage qu’à destination de l’abattoir ou d’un atelier d’engraissement en bâtiment de statut officiel dérogataire.

Ils portent une étiquette orange « BOVIN POSITIF IBR » sur leur ASDA, pour être identifié dans le circuit commercial.

  

Plan d’assainissement IBR (PIA) :

Le GDS apporte son soutien technique et financier aux éleveurs en cours d’assainissement qui s’engagent dans un plan individuel d’assainissement (PIA) jusqu’à l’obtention de la qualification « Troupeau indemne IBR ».

Dépistage obligatoire avant départ d’un bovin issu d’un cheptel non qualifié indemne

Les animaux issus d’un cheptel non-indemne d’IBR (En cours de qualification, En cours d’assainissement, Suspendus) doivent subir un dépistage dans les 15 jours avant leur départ de l’élevage. Cela est valable quelque soit l’âge de l’animal et le motif de la sortie à destination d’un élevage : vente, prêt ou pension ... et ce, quelque soit le statut IBR du cheptel introducteur.

 

En cas de résultat positif, la sortie de l’animal à destination de l’élevage n’est pas possible.

En cas de résultat négatif, le mouvement peut être réalisé. Les bovins sont également soumis au dépistage entre 15 et 30 jours suivant leur arrivée dans l’élevage introducteur (voir paragraphe : introduction d’un bovin). 

  

Les animaux issus d’un cheptel Non conforme en IBR ne peuvent quitter l’élevage qu’à destination de l’abattoir ou d’un atelier d’engraissement en bâtiment de statut officiel dérogataire.